2007 Divino Amore

mise en scéne ALFREDO ARIAS                                                                                  

livret ALFREDO ARIAS/RENE DE CECCATTY

avec

ANTONIO INTERLANDI

SANDRA GUIDA

MARILU MARINI

ALEJANDRA RADANO

arrangement muiscal DIEGO VILA

costumes PABLO RAMIREZ

décors LARRY HAGER

accesoires DANIEL CENDRON

maquillages JEAN- LUC DON VITO

lumieres CESARE ACCETTA

 

“Pour moi, ce qui est de l’ordre de l’irrationnel est tout à fait normal. Je considère le monde du rêve ou du cauchemar, comme quelque chose d’absolument naturel.” Alfredo Arias

Le Christ peut-il apparaître sur la scène d’un théâtre ? À notre connaissance, cela ne s’est pas encore vérifié. Et pourtant il y a eu à Rome dans les années 1960-70, une troupe théâtrale d’Origlia Palmi persuadée qu’à travers ses représentations de drames comme Saloméou La Vie de Sainte Bernadette Soubirous, elle pouvait convoquer sur scène la présence divine. À chaque fois, leurs tentatives avaient le don de provoquer dans le public l’hilarité générale. Touché par cette naïveté, cette religiosité de bric et de broc, Alfredo Arias se souvient avec Divino Amore de ces représentations insensées. Il fait revivre,dans ce spectacle musical en forme d’hommage tendre et décalé, ce théâtre bancal aux artifices surprenants, loufoques, mais servi par une foi inébranlable, drôle à son corps défendant, un peu à la façon des films du réalisateur de séries B, Ed Wood. Au bord du gouffre, sur le fil du rasoir, c’est une fantasmagorie de pacotille foisonnante et déjantée, une ode à tous les égarés de la terre et de l’univers, vrillée et vibrante, chaleureuse et désopilante.

Coproduction Groupe TSE, Théâtre du Rond-Point, avec la participation de L’Avant-Seine/Théâtre de Colombes, en résidence à la Comète / SN de Châlons-en-Champagne
Cette oeuvre a bénéficié de l’aide à la production et à la diffusion du fonds SACD

Le Drame de Salomé
ALFREDO ARIAS fait renaître ce théâtre kitsch, faussement bigot, aux anecdotes sordides et hilarantes, jusqu’au moment où, célébration du théâtre dans le théâtre, c’est la tragédie de Salomé et de Jokanaan, alias St Jean-Baptiste, qui nous est représentée. L’histoire biblique est respectée à la lettre mais en version Queer, avec des costumes chatoyants, des perruques immenses, un jeu à la fois caricatural et réjouissant, le tout dans un décor kitschissime. Les comédiens s’en donnent à cœur joie, avec une précision de jeu impressionnante. Alejandra Radano est parfaite en Salomé cruelle et passionnée.

Be the first to start a conversation

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

A %d blogueros les gusta esto: